Congrès annuel 2014

Le Congrès de l’APGP 2014, placé sous le thème « Engagez-vous! La philanthropie a besoin de vous » a accueilli un nombre record de 189 personnes qui ont d’ailleurs fait part de commentaires très positifs.

Retour sur les différents ateliers et conférences de ces deux journées :

Votre programme de reconnaissance aux donateurs et bénévoles : Comment en évaluer la pertinence ?

L’atelier  animé par mesdames Sophie Baillargeon, directrice dons majeurs, et Christine Laprise, conseillère principale – relations avec les donateurs de la Fondation CHU  Sainte-Justine, et madame Danielle Champagne, directrice générale de la Fondation du Musée des Beaux-Arts de Montréal portait sur l’exercice difficile qu’est la reconnaissance. Les deux organismes ont présenté leurs spécificités ainsi que de nombreux exemples inspirants. En conclusion, pour fidéliser ses donateurs, trois actions sont à retenir: inspirer à donner, informer de l’utilisation des dons et impliquer ses donateurs dans l’atteinte des objectifs de l’organisme.

Pousser l’engagement plus loin? Le don de tierce partie

Jonathan Deschênes, professeur en marketing, HEC Montréal et Valérie Grandbois, candidate MsC, étudiante à la maîtrise en intervention et changement organisationnel, à l’Université de Sherbrooke étaient les deux animateurs de cet atelier. Celui-ci abordait le phénomène de la collecte de fonds de tierce partie. Valérie Grandbois a ensuite expliqué les résultats préliminaires de son mémoire qui vise à comprendre qui sont les collecteurs de fonds de tierce partie et à identifier leurs motivations à entreprendre une collecte de fonds pour un organisme. Cette segmentation a pour objectif de leur permettre d’adapter les communications selon le type de bénévole qui s’implique afin d’optimiser le temps de chacun.

Les clés de l’engagement et de la mobilisation d’une communauté

Ayant récemment dirigé la campagne majeure de financement de la Fondation Hôtel-Dieu d’Arthabaska qui a connu un grand succès, Gabriel Viens a partagé son expérience avec plaisir sur le sujet de la mobilisation qui repose sur trois aspects essentiels: la responsabilisation, la communication et l’encadrement.

Rien de mieux qu’un changement …  bien pensé !

C’est encore une fois sur une problématique très actuelle des OBNL que les participants ont pu réfléchir : le changement! Charles Auger, directeur général de la Fondation du CHUS a abordé cette thématique en précisant que, que ce soit dans l’évaluation des activités-bénéfice ou en ce qui concerne l’image de son organisme, il est très important de savoir se remettre en question et d’opérer un changement au bon moment. C’est à travers divers exemples  vécus personnellement que Monsieur Auger a pu éclairer les participants.

Que dire et surtout que faire pour persuader ?

Persuader ! Tout un défi pour les organismes. Les ateliers de la première journée se sont conclus lors d’un diner-causerie animé par François Lagarde, vice-président Communications à la Fondation Lucie et André Chagnon : »Le meilleur communicateur n’est pas celui qui parle bien, mais celui qui écoute bien ». François Lagarde a expos é une vision très intéressante du marketing social en rappelant les questions essentielles à se poser pour établir sa stratégie, en s’appuyant sur des exemples d’initiatives percutantes et inspirantes.

Deuxième journée !

« Entrepreneurship, engagement et philanthropie. »

Après avoir participé aux tables de coaching/études de cas, les participants ont eu la chance de pouvoir écouter un autre invité de marque, Monsieur Marc Dutil, président et chef de direction du Groupe Canam et président de l’École d’entrepreneurship de Beauce. Sa vision d’entrepreneur engagé a été très inspirante.

« Osez les coups de pieds. »

Le congrès s’est terminé par une conférence animée par Arianne Cloutier.

À partir d’histoires concrètes et vécues, d’expériences professionnelles et de vie, Ariane Cloutier a fait prendre conscience aux participants avec humour, spontanéité et énergie de l’audace nécessaire pour réaliser des projets et se réaliser.